De la retraite à la dépendance

Page précédente
Faire suivre ce document

Domaine(s)Mémoire
formation(s)ISFA () / resp.: / intervenant:
Show details for Informations sur les documentsInformations sur les documents
Hide details for Informations sur les documentsInformations sur les documents

Type de document Mémoires
sociétéAXA
Auteur(s) BRETTE A.C.
Numéro
Date de référence 11/25/2011


Résumé

Les projections démographiques de l’INSEE font apparaitre une nette augmentation de la population de plus de 65 ans à horizon 2030, liée à la fois au vieillissement de la génération du baby-boom et à l’allongement de l’espérance de vie. En 2030, il y aura 21 millions de retraités en France pour 28 millions d’actifs et le nombre de personnes âgées dépendantes sera multiplié par quatre. Afin d’apporter une aide au nombre de croissants de personnes dépendantes, le système publique français a mis en place l’Allocation Personnalisée d’Autonomie, qui est destinée aux personnes âges de plus de 60 ans, classées en situation de dépendance totale ou partielle selon la grille AGGIR. Cependant, la prime mensuelle moyenne versée par l’APA est de 750€ pour un coût moyen dépendance de 2500€ et qui ne cesse d’augmenter. Ce coût peut donc se révéler très important et son financement est un problème général pour l’ensemble de la population française vieillissante. La hausse du nombre de retraités alliée à ce besoin de financement nous amène à concevoir une garantie dépendance au sein d’un contrat de retraite. Le premier pas est tout d’abord de définir cette garantie : un doublement de la rente de retraite en cas de dépendance totale de l’assuré, uniquement à la liquidation de la retraite. A partir de cette définition, nous établissons le modèle de tarification, composé des différents états de l’assuré : valide, dépendant et décédé. Ce modèle suppose d’établir des lois : lois d’incidence, lois de mortalité des valides et lois de mortalité des dépendants, et d’en déduire le coût de la garantie dépendance en fonction de l’âge. Ce coût peut être financé par différents modes possibles: prélèvement uniquement en phase de restitution, qui peut se faire directement sur l’épargne acquise ou sur les arrérages au fil du temps. Enfin, le calcul des provisions mathématiques est nécessaire afin de faire face aux engagements. Pour ce faire, nous calculons les provisions pour risques croissants et les provisions pour sinistres à payer relatives à notre garantie. La dernière partie est consacrée à éprouver la robustesse de notre tarification et de notre provisionnement à travers deux aspects. Le premier vise à tester la sensibilité du tarif aux différentes hypothèses que nous avons émises tout au long de ce mémoire : hypothèses sur les lois utilisées, hypothèses contractuelles, hypothèses financières et hypothèses commerciales. De cette étude ressort que l’augmentation du taux d’incidence et la baisse de la mortalité des dépendants sont les deux scénarios les plus impactant sur le tarif. En cas d’évolution de la longévité dans ce sens, le risque de dérive des coûts dépendance serait donc important pour l’assureur .Le deuxième aspect est de prendre en compte l’évolution du tarif due aux différents chocs appliqués sur les lois d’incidence et de mortalité des dépendants, et d’étudier jusqu’où peut aller la mutualisation du risque dépendance avec le risque retraite. Ce mémoire a pour objet de concevoir un nouveau produit sur un risque encore méconnu, la dépendance, tout en l’incluant dans un produit déjà établi et maitrisé, la retraite.

Abstract

In 2030, INSEE population projections show a significant increase of the population over 65 years. This increase is related to both the ageing of the baby-boom generation and the lengthening of life expectancy. There will be 21 million retired people in France for 28 million active people and the number of people in dependency will increase fourfold. The French public system has established a dedicated long-term care allowance. However, the average amount of the allowance is 750€, compared to an average dependency cost of 2500€. This cost has become a common problem for the ageing French population. The increase of the retired population and the financing need lead to develop private long term care insurance product in parallel with retirement insurance. The first step is to define precisely the long term care insurance: during the benefits period, the product is guaranteeing the doubling of the pension benefit, only in case of total dependency. The mathematical model of pricing is based on three different states of the insured: non disabled, disabled or dead. This model uses incidence and mortality rates and determines the premium of the insurance, according to the age. This cost can be financed by different ways: to collect on the pension or on the savings. Finally, we calculate reserves related to this insurance. In the last part, we apply different shocks in order to study the robustness of the determined premium and the reserves. Firstly, we shock incidence and mortality rate and observe the assumptions on our model. We observe that the increase of the incidence rates and the decrease of the mortality rates are the most impacting assumptions. Then, we determine the income statement of both retirement and long term care insurances in order to see if the loss realized in the worst scenario can be compensated by the mutualisation between those two risks. The goal of this work is to design a new product which will insure long-term care and will evolve in an existing product: the retirement insurance.

Mémoire complet

>Memoire BRETTE Anne-Charlotte.pdfMemoire BRETTE Anne-Charlotte.pdf

Lien permament : http://www.ressources-actuarielles.net/C12574E200674F5B/0/143F18F339CDE2D2C12579FF002F6A4E